Interview Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel

By 15 avril 2019Non classé

Interview Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel

 

Interview Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel

Afin de mettre en avant l’innovation et la diversité des projets dans le domaine de l’e-santé, nous avons décidé de vous présenter le travail de certains de nos clients.

Aujourd’hui nous vous proposons donc une interview de Thibault Fréville, kinésithérapeute, un des professionnels de la Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel :

  • Pouvez-vous nous présenter le projet de Bâgé-le-Châtel en quelques phrases ?

    Le projet a démarré en 2007. L’idée était avant tout de regrouper les professionnels déjà présents sur Bâgé-le-Châtel et aussi de préparer l’avenir, avec certains médecins qui approchaient de la fin de leur carrière. Donc se regrouper en Maison de Santé semblait une bonne façon d’attirer de jeunes médecins, au début essentiellement des médecins généralistes puis d’autres professionnels médicaux et para-médicaux.

    Et ça a été une réussite puisque nous avons réussi à greffer tous les professionnels du secteur et attirer de nouvelles personnes et donc, préparer la relève.

  • Quand a été lancé le projet de la Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel ?

    L’idée est donc née en 2007 et la Maison de Santé fut inaugurée en 2013.

    Pour finaliser l’idée, nous avons participé à beaucoup de congrès, pris part à de nombreuses discussions sur le sujet. Nous avons également à l’époque échangé avec Pierre de Has (président FFMPS), mais également avec différentes Maisons de Santé des alentours (Feillens, Pont de Vaux).

    Les plans du bâtiment ont dû être revus plusieurs fois, refaits. Ils ont été modifiés également suite à des changements dans les professionnels impliqués.

    Il a aussi fallu trouver un financement. La maison de Santé de Bâgé-le-Châtel a été financée par la communauté de commune, avec l’aménagement de logements sociaux qui se trouvent à l’étage de la Maison. Nous avons également reçu un financement de l’ARS, qui encourage le développement des regroupements de professionnels.

  • Quelle a été la motivation première du projet, pourquoi choisir de s’établir en Maison de Santé?

    La motivation première était surtout de proposer un projet de soin commun. Il nous semblait plus facile et efficace de travailler ensemble, en se rassemblant. C’était déjà un peu le cas puisque les professionnels de Bâgé avant la Maison de santé communiquaient et travaillaient déjà entre eux. La Maison de Santé a permis d’officialiser cela.

  • L’équipe s’est-elle déjà agrandie ou est-ce en projet ?

    Au début il y avait deux 2 MG et une secrétaire médicale. On est maintenant à 4 MG, 1 secrétaire médicale. Mais aussi 4 IDE, 2 podologues, 3 orthophonistes (une arrivée en 2017), une sage-femme depuis le début, une diététicienne, une psychologue arrivée en 2018, deux kinés. On souhaiterait passer à 3 voire 4 kinés mais pour cela nous devons agrandir nos locaux.

    Nous avons régulièrement des demandes, par exemple récemment une demande d’un ostéopathe, une autre d’un orthopédiste/orthoprothésiste.

    Nos locaux accueillent aussi une antenne de l’ADAPA (Association Départementale d’Aide aux Personnes de l’Ain) de Bourg en Bresse.

    Actuellement, nos locaux sont pleins. On a donc un projet d’agrandissement en cours de financement.

  • Comment s’organise le quotidien de la Maison de Santé de Bâgé-le-Châtel ?

    Chez nous, chaque professionnel exerce son activité individuellement, gère ses facturations, son agenda, etc.

    Depuis mai 2018, la Maison de Santé est en cogérance, avec 4 co-gérants. Le projet a démarré avec les professionnels qui étaient présents sur place à l’époque. Aujourd’hui, la plupart des professionnels de l’équipe sont membres d’une SISA.

    Pour prendre les décisions collectives, nous organisons des réunions environ une fois par mois, pour discuter de tout ce qui est maintenance, projets de soin… Nous avons par exemple actuellement un projet de prévention de la dénutrition chez les personnes âgées, mais nous avons aussi la volonté de nous former/perfectionner sur les soins de premiers secours ou encore de mettre en place une campagne avec l’EFS et en collaboration avec la mairie, pour organiser des collectes de don du sang dans les locaux ou sur le parking de la Maison de Santé.

  • Quelles sont les problématiques que vous rencontrez le plus fréquemment ?

    Je dirais que les situations les plus problématiques sont les prises en charges complexes qui demandent par exemple l’intervention d’assistantes sociales. On est parfois un peu plus limités aussi sur l’aspect psychologique de certaines prises en charge, l’aspect purement humain des soins, c’est également pour cela qu’une psychologue a intégré l’équipe en 2018.

    C’est aussi là, pour nous, l’intérêt de la prise en charge commune : on gagne en compétence. On découvre des alternatives, des organismes qu’on ne connaissait pas. Au fur et à mesure on apprend au-delà de notre seul champ de compétence médical.

  • Quelles situations demandent le plus de communication entre professionnels et qu’est-ce que ça vous apporte ?

    Personnellement, dans le cadre de rééducations longues ou qui progressent peu, ce que j’apprécie dans le fait de pouvoir échanger avec d’autres professionnels, c’est qu’on a d’autres idées, d’autres avis quand parfois un projet de soin sort de nos compétences personnelles.

    Tout le monde est gagnant : les jeunes professionnels amènent un nouveau regard et les anciens nous font bénéficier de leur expérience. On apprend les uns des autres.

    Après, on échange énormément de façon informelle. Comme évoqué plus haut, on fait des réunions tous les mois, mais quand on a un cas dont on aimerait discuter, on n’attend pas une réunion, on fait un point improvisé entre nos consultations ou le soir après notre journée.

  • Quelles sont vos plus grandes fiertés, durant la préparation du projet et depuis qu’il est lancé ?

    Pour nous la plus grande fierté c’est sans doute d’avoir réussi à attirer des jeunes, à créer un projet attractif qui a permis de pérenniser l’offre de soin à Bâgé-le-Châtel. On voit beaucoup de départs en retraite, notamment de médecins généralistes, dans les villages voisins, donc on est fiers d’avoir construit ce projet qui permet de « passer le flambeau » et de garantir aux habitants un accès au soin dans la durée.

  • Quels conseils donneriez-vous à des professionnels de santé qui voudraient créer une maison médicale ou qui sont entrain de le faire ?

    Avant tout, il faut être motivés et ne rien lâcher, surtout en amont. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles il faut réfléchir, le bâtiment, les financements, le matériel, le logiciel… Tout ça se fait via beaucoup de réunions, il faut donc être prêts à investir beaucoup de temps et d’énergie, ne pas se décourager.

    Ça peut être une bonne idée aussi de se renseigner et de discuter avec d’autres équipes qui ont lancé leur maison de santé. On peut obtenir des conseils ainsi, mais aussi éviter de faire les mêmes erreurs !

    Pour le bâtiment en lui-même, je dirais qu’il est important que chaque professionnel s’implique dans la création, car les architectes créent les locaux suivant l’idée qu’ils se font de nos métiers, ce qui ne colle pas toujours à notre réalité. Donc je pense que c’est une bonne chose que chaque professionnel revoit les plans suivant sa pratique, afin d’avoir un espace de travail véritablement fonctionnel.

    Enfin, je pense qu’il ne faut pas avoir peur de voir grand dès le départ. Si le projet est bien réalisé, il sera attractif et le bâtiment se remplira vite ! Par exemple, pour la maison de Bâgé-le-Châtel, l’architecte avait proposé des agrandissements mais nous avons choisi dans un premier temps de commencer « petit » et de voir plus tard. Aujourd’hui, le bâtiment est plein, faute de place notre salle de réunion commune est devenu un local. Cela aurait été sympa par exemple d’avoir une cuisine commune pour se retrouver et échanger, sans compter des agrandissements que l’on envisage aujourd’hui pour accueillir de nouveaux professionnels. En résumé, il y a de l’engouement pour l’exercice coordonné, donc n’ayez pas peur, votre bâtiment se remplira vite !

  • Et la suite ? Avez-vous des évolutions prévues à court, moyen ou long terme ?

    Sur le long terme, on a plusieurs projets pluriprofessionnels mais pour l’instant, ça reste secret !

Témoignages clients

Après plus de 4 ans d'utilisation, ce que j'apprécie avec le logiciel CHORUS, c'est son aspect très personnalisable, il n'est pas figé et peut donc répondre à des attentes très personnelles pour le mode de fonctionnement de chacun. J'ai également observé un vrai travail d'évolution sur ce logiciel pour s'adapter aux besoins spécifiques des paramédicaux.
 C'est un très bon outil de travail partagé, encore faut-il que les professionnels souhaitent partager ! Mais dans un établissement avec un vrai projet pluriprofessionnel, CHORUS est un gros avantage pour la coordination de l'équipe, avec par exemple la messagerie pop-up qui permet très rapidement d'échanger.
 L'autre avantage en tant qu'IDE : le logiciel étant hébergé à distance, je n'ai pas besoin de passer au cabinet pour l'installer, je peux très bien avoir le logiciel sur mon ordinateur, chez moi, avec toutes mes données synchronisées ! Un véritable plus !

Monique SAVEYIDE, Maison de Santé Bâgé-⁠le-⁠Châtel

Chorus, c'est simple, je ne lui trouve que des qualités ! C'est un logiciel didactique, fiable, agréable et qui propose beaucoup de fonctions, en plus de celles que j'utilise au quotidien. Pour une maison de santé qui travaille de façon collaborative, c'est un outil très utile, le travail entre professionnels en est vraiment facilité.
De plus, les échanges avec l'équipe d'ICT sont très agréables, ils sont disponibles, à notre écoute, prêts à travailler avec nous quand il y a besoin de modifications ou d'améliorations pour que le logiciel corresponde au mieux à nos besoins. Et au moindre soucis, ils se montrent réactifs pour que ces derniers soient vite résolus.
Si c'était à refaire, je le referais sans hésitation !

Philippe MORELMédecin Généraliste, Maison de Santé Bâgé-⁠le-⁠Châtel

Pour moi, Chorus est l'outil incontournable pour la prise en charge d'un patient de façon pluriprofessionnelle. Toute une équipe peut vraiment s'impliquer et suivre un patient, même sans être au même endroit. Le journal est vraiment efficace pour cela, il permet un suivi complet, toujours à jour, même en cas de prise en charge par un autre professionnel.
Pour avoir essayé d'autres logiciels, je trouve également son ergonomie intuitive et efficace, bien aboutie. Les informations sont accessibles facilement, c'est pour cela aussi que je l'ai choisi.
Nous n'utilisons qu'environ 20% des capacités du logiciel, ce qui nous laisse beaucoup de possibilités pour aller plus loin dans la pratique coordonnée.

Cyril MOESCHMédecin Généraliste, Pôle Santé de Haute-Corrèze

Au Grand-Figeac, nous travaillons avec le service de télésecrétariat C'Call. Les télésecrétaires sont très actives, gentilles, même les patients nous le disent ! Le service C'Call nous permet de nous décharger d'une partie des appels, ce qui permet de mieux gérer certaines situations, lorsque l'on a un patient en face de nous mais que le téléphone sonne par exemple. Elles peuvent prendre le relai dans ces moments là, mais également en cas d'imprévus. C'est un très bon outil, les rendez-vous pris s'ajoutent automatiquement dans l'agenda Chorus du professionnel de santé, on ne peut qu'en dire du bien !

MaryseSécrétaire médicale, Centre de Santé Grand-Figeac

Contact

ICT INTERNATIONAL CROSS TALK

Allée Alan Turing

63 170 Aubière

Tél : 04 73 23 70 03 – Fax : 04 73 31 56 40

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la relation commerciale avec l'entreprise. *